Rêverie de voyageur...

Publié le par Cuzon

Rêverie "chiffrée" d'un voyageur

Je parcoure un petit bout de notre terre et cette question m’effleure l’esprit.

« La terre est-elle grande ou petite ? » 

Voilà une question que l’urgence de la vie quotidienne ne nous donne pas le temps de poser.

C’est une question incomplète : grande ou petite, par rapport à quoi devrait ton demander ?

·         A l’univers, la réponse est simple, notre planète est minuscule.

·         Par rapport au monde de l’infiniment petit, c’est l’inverse, notre planète est énorme, mais l’homme, l’éléphant, une crevette rose ou une petite souris grise sont également énormes dans le monde « microscopique »

·         La terre part rapport à l’homme ? C’est déjà plus compliqué.  

Quelques calculs aideront peut-être à trouver une réponse.

Calcul du temps nécessaire pour faire le tour de la terre

  • A pied :
    • A 4 km/heure, pendant 10 heures par jour = 40 km/jour
    • Soit : 40.000km / 40 = 1.000 jours ou environ 3 ans
  • En vélo :
    • A 16 km/heure, pendant 10 heures par jour = 160 km/jour
    • Soit : 40.000km / 160 = 250 jours ou un peu plus de 8 mois
  • En bateau :
    • A 30 km/heure, 24h/24h = 720 km/jour
    • Soit : 40.000km / 720 = 55 jours ou presque 2 mois
  • En voiture :
    • A 80 km/heure, 10 heures par jours = 800 km/jour
    • Soit : 40.000km / 720 = 50 jours
  • J’exclus de ces calculs les avions, les spoutniks et autres engins qui ne font pas parties de mes rêves.
  • Pour faciliter les calculs, je considère que l’on se déplace aussi facilement sur la terre, les plaines, les montagnes, les lacs ou la mer.

Si vous décidez de voir toute la terre, de vos propres yeux, en marchant, vous devez décaler chaque tour de terre de 400 mètres à chaque tour de terre, afin de bien voir le paysage à votre droite et à votre gauche.

Vous devez accomplir :

40.000km, soit 40.000.000mètres/400mètres = 100.000 tours de la terre.

Si vous mettez 3 années à faire un tour de terre, il vous suffit de disposer de 300.000 ans et de quelques bonnes paires de chaussures.

Si vous souhaitez, rencontrer tous les habitants de la terre, en passant seulement 1 jour avec chacun, vous avez besoin de : .6.100.000.000 habitants /365 jours = 16.767.000 années. En sachant que dans un siècle, nous serons probablement 12 milliards d’humains, il faudra alors disposer de 33 millions d’années.

Les résultats de ces calculs sont surprenants et contradictoires.

S’il s’agit de faire le tour de la terre, quel que soit le moyen de transport, la terre est vraiment très petite. A peine 3 ans à pied, ce n’est rien.

A l’inverse, si nous voulons cheminer sur toute la surface de la planète et connaître chacun de ses habitants, une vie d’homme n’est plus rien, ce n’est plus à notre échelle humaine.

Vu sous et angle, il est difficile de répondre à la question « La terre est-elle grande ou petite ? »

Si l’on pose une autre question : « L’homme est-il grand ou petit ? » C’est encore incomplet. Il faut encore préciser « Par rapport à quoi ? »

A l’univers, à la terre, la réponse est simple « Oui, l’homme est minuscule, il n’est presque rien » Quand je mourrai, le soleil se lèvera le lendemain matin, comme tous les jours, comme si rien ne s’était passé.

Et pourtant, l’homme n’est pas rien. Sinon, nous serions toujours à l’âge des cavernes. L’humanité aujourd’hui est pour le meilleur et pour le pire la somme de toutes les vies des hommes disparus depuis des millénaires et des hommes d’aujourd’hui.

Nous sommes grands dans cette humanité.

Mais après, plus tard, dans quelques millions d’années, quand les rayons du soleil ne réchaufferons plus notre terre, la vie s’éteindra ici. Il en sera fini des hommes, de l’humanité, nous retournerons au néant.

Peut-être que dans un autre coin de l’univers, d’autres êtres vivants joueront le même jeu que nous. J’espère qu’ils seront moins sots que nous.

  • Qu’ils sauront que la différence de couleur de peau, de pensées, de croyances sont un enrichissement.
  • Qu’ils sauront que pour être heureux, il n’est pas indispensable que les autres soit malheureux.
  • Qu’ils sauront aimer l’autre, les autres en créant du bien être et non de la souffrance.

Les heures de rêverie sous le soleil équatorial mettent la cervelle en ébullition. Je vais devoir porter une casquette si je veux éviter une hospitalisation en urgence en service « Spécialisé »

Mai 2005 – quelque part en Atlantique, près des Caraïbes…
 

Publié dans tysaozon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article